Ou la, ou lé. Ou comment le zouk est notre seul secours 

/ Rébecca Chaillon et Gerty Dambury

à partir de "Best of 40 ans" de Kassav / (2019)

Conception : Rébecca Chaillon

Avec Rébecca Chaillon et Gerty Dambury 

Régie Son/Régie Lumières : Suzanne Pechenart

 

Vendredi 25 Juin / 21:00

 

 

 

Samedi 26 Juin / 18.10

Durée 40 mn

Rebecca Chaillon.jpeg

DERNIERE MINUTE
REBECCA CHAILLON ASSURERA SEULE CETTE PERFORMANCE...

« Dans cette performance, je pose une question : pourquoi le zouk de Kassav n’est pas considéré avec autant de sérieux que le rock des Rolling Stones ? Pourquoi mes ami.e.s se moquent t’ils.elles de moi quand j’écoute les disques de ce groupe ? Pourquoi en France, on n’a jamais eu trop envie de se pencher sur leurs textes, et pourquoi a t-on préféré danser et rire, rire et s’en foutre ? Envie de savoir pourquoi je fantasme que Jocelyne Béroard et Jacob Desvarieux sont en fait mes parents. J’ai envie de parler de Kassav comme d’une méthode Assimil du créole, en focalisant la lutte décoloniale comme moteur de leur art».

 

R. Chaillon

REBECCA CHAILLON

D’origine martiniquaise, Rébecca Chaillon passe son enfance et son adolescence en Picardie. Elle rejoint Paris pour des études d’arts du spectacle et le conservatoire du XXe. De 2005 à 2017, elle travaille au sein de la compagnie de débat théâtral Entrées de Jeu dirigé par Bernard Grosjean et dans sa propre structure : la compagnie Dans Le Ventre qu’elle fonde en 2006. 

Sa rencontre avec Rodrigo Garcia la confirme dans son envie d’écrire pour la scène performative, d’y mettre en jeu sa pratique de l’auto-maquillage artistique enseignée par Florence Chantriaux et sa fascination pour la nourriture notamment avec son seule en scène L’Estomac dans la peau (lauréat CNT/ARCENA dramaturgies plurielles 2012) et ses autres créations au format court qu’elle écrit et performe.

Rébecca donne son solo pour de nombreux festivals de performances et d’évènements militants. Sa création suivante Monstres d’Amour/Je vais te donner une bonne raison de crier est un duo avec sa collaboratrice principale Élisa Monteil, autour du cannibalisme amoureux et d’Issei Sagawa.

En 2016, Rébecca participe aux films documentaires sur les performers pro-sex d’Émilie Jouvet My Body my rules, et Ouvrir la Voix d’Amandine Gay sur les femmes afro-descendantes. Elle débute aussi sur les écrans avec un rôle récurrent pour une série produite par OCS, Les Grands, réalisé par Vianney Lebasque.

 

Rébecca Chaillon est représentée chez L’Arche par Amandine Bergé et écrit les textes, danse et performe dans la création de Delavallet Bidiefono : Monstres/On ne danse pas pour rien, tout en continuant à travailler avec Yann Da Costa avec Gianni-Grégory Fornet, Anne Contensou et Arnaud Troalic.

Son dernier spectacle autour du football féminin et des discriminations Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute a été créé en novembre 2018 à la Ferme du Buisson, puis au CDN de Rouen, à Théâtre en mai à Dijon, et au Nouveau Théâtre de Montreuil.

Elle sera artiste associée au CDN de Nancy en 2021 et en création de son projet spectacle Carte Noire nommée Désir, forme performative et fantastique autour de la construction du désir chez les femmes afrodescendantes dans une Europe pas décolonisée. Ce projet reçoit l’aide du Fond Transfabriek en 2019.

Pierre Guillois l’invite dans le cadre de Vive le Sujet ! pour le Festival In d’Avignon 2019 pour une forme co-écrite, intitulée Sa bouche ne connaît pas de dimanche .

GERTY DAMBURY

Gerty Dambury, autrice et metteure en scène, est née à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Après des études d’anglais et d’arabe, elle complète sa formation par des études d’Arts du Spectacle. Elle écrit et met en scène pour le théâtre depuis 1981 et ses pièces, dont certaines sont traduites en anglais et en espagnol (Lettres Indiennes, Trames, La radio des bonnes nouvelles) ont été montées en Guadeloupe, Martinique, Avignon, Paris, La Havane et New York.

Sa pièce Trames a reçu le prix SACD de la dramaturgie de langue française en 2008. Elle travaille également sur le théâtre africain-américain et traduit de l’anglais. Son essai sur l’histoire du premier théâtre ouvert par des noirs à New York en 1821, Le Rêve de William Alexander Brown a remporté en 2015 le prix Carbet de la Littérature et du Tout-Monde. Sa dernière pièce La radio des bonnes nouvelles qui redonne la parole à des militantes féminines méconnues ou oubliées, a été créée en mai 2018 à la Guadeloupe. Elle a également publié deux romans : Les rétifs, qui porte sur les événements de mai 1967 en Guadeloupe, a été traduit en anglais et publié à New York par The Feminist Press sous le titre The Restless et La sérénade à Poinsettia est son second roman. Elle publie également de la poésie (Effervescence, Rabordaille, Fureur enclose, Ruines et Revifs paru en 2020).  L’autrice est représentée par l’agence théâtrale des éditions de l’Arche. Pour ces éditions, elle a traduit les poèmes d’Audre Lorde, The Black Unicorn ; sa traduction paraîtra en septembre 2021. Militante féministe, Gerty Dambury est également active au sein du collectif Décoloniser les Arts dont elle fut l’une des fondatrices en 2015.