top of page
Photo chimère Vivre à travers ça.jpg

Vivre à travers ça [ Trou ]

40 minutes

 

d'après : "Live through this" (Hole, 1994)

 

avec : Erwan Daouphars, Fabrice Barbotin, Solenn Denis

 

Tu sais ce que j'ai envie de faire ? Tu sais pas ? Raconter ma vie. En fait c'est ça. Raconter ma vie et que mon allié de toujours, Erwan, perruque blonde-guitare électrique en bandoulière-pied sur le retour-culotte à l'air, jette des tampons usagés sur le public. Des tampons de chatte avec du sang de menstrues dessus. ( Le mot menstrues je l'adore). C'est ça que j'ai envie de faire. Tu vois ça s’appellerait Vivre à travers ça [ Trou] puis ça parlerait de Courtney Love. Qui avait pour habitude de faire ce genre de trucs en plein concert quand on la traitait de pute. Et on chanterait ses chansons, on les chanterait en français avec Erwan perruque blonde-guitare électrique en bandoulière-pied sur le retour-culotte à l'air puis ça donnerait quelque chose comme «  Je suis Miss Monde, Quelqu'un me tue, Tuez-moi pilules, Tout le monde s'en fout, Mes ami.e.s, Je suis miss monde, Regardes-moi être détruite et regardes-moi brûler, Personne n'écoute, mon ami, Ouiiiiiiii, ouiiiiiii. » Des trucs comme ça. Parce qu'Erwan sait jouer de la guitare. Et qu'il porte très bien les perruques blondes. Et puis que ça me casse le cul – ça remplace les couilles puisque j'en ai pas, ça me casse le cul d'inventer des trucs comme des personnages et une histoire, je l'ai fait des dizaines de fois, boriiiiiing, et so vintage. Alors que raconter ma vie, ça m'excite. Raconter comment Courntey Love a pimpé mon adolescence en me faisant pousser des crocs moi qui m'excusais d'exister façon : coucou qui veut me marcher sur la gueule ? Comment, sans même m'en rendre compte avant des années et des années, deux décennies même, cet album de Hole écouté en boule, et puis cette femme qui passait sa vie à faire des doigts d'honneur en lâchant des Fuck You quand elle composait pas un riff de guitare ou un shot d'héroïne, ont libéré la femme que je suis aujourd'hui. Raconter, rigoler, faire un karaoké. Et puis balancer des tampons usagés à la gueule de celleux qui insulteraient les putes. Ou l'écriture inclusive.  A part les dyslexiques qui, eux, ont le droit. Pour l'écriture. Pas pour les putes. Les putes, personne n'y touche. Merci. 

bottom of page